mercredi 22 octobre 2008

La e-formation demande des outils de conférence web pour classe virtuelle

Une présentation du Journal du Net de ce matin "Collaborer à distance avec la conférence Web" vient mettre de l'eau à mon moulin "vidéo sur le web et e-formation".

La première application montrée est La conférence Web au service de l'e-learning, avec une présentation rapide de Acrobat Connect Professional (anciennement Macromedia Breeze), qui est la solution de conférence Web d'Adobe. Adobe Acrobat Connect Pro dispose d'un module natif d'e-learning et de création de classes virtuelles interactives.

Ma science sur le sujet des classes virtuelles est toute récente. Je n'avais pas rencontré le sujet directement depuis le début de ce blog, mais il s'est imposé plusieurs fois depuis un mois (il doit donc figurer sur ce blog !) :

  • j'ai utilisé l'exemple de l'administration US des Routes (notre homologue aux US, le Federal HighWays Administration : FHWA) pour commencer, ; le 15 octobre, à initier le club des directeurs de centres de formation du ministère sur la e-formation.

Chacun de nous peut suivre avec grand profit la présentation-formation "Choosing the right tool" qui compare de manière simple et nuancée les quatre outils du FHWA pour diffuser la formation :

o la formation par Conférence Web synchrone depuis le poste de travail (WCT) = c'est cela la classe virtuelle,

o la formation par module de e-formation asynchrone (WBT),

o la téléformation avec vidéo en salle de téléconférence (VTC),

o la téléformation (audio).

Ce module montre justement comment le FHWA aide les responsables de projets formation en ligne à s’orienter dans le choix de solutions en technologies éducatives.

Je le trouve particulièrement astucieux :

o il distingue quatre grands cas, pour fixer les idées, mais les grands critères de choix sont énoncés d’une manière nuancée,

o il est en lui-même un exemple de grain de formation où on découvre l'outil Adobe Connect Pro (utilisé ici pour un module asynchrone) et où on comprend le parcours à faire pour concevoir un tel module : une fois que le message est défini, ce grain peut être fait assez vite

  • J’ai expérimenté la plateforme de Classe Virtuelle Saba-Centra sur laquelle j’ai été invité par Jean-Michel Tanguy (qui vient du Schapi rejoindre la direction de la Recherche et de l’Innovation du Commissariat général au Développement Durable). Une première réunion de la classe a eu lieu le 17 septembre matin. L’école nationale de la Météo à MétéoFrance (Laurent Borel) utilise cette solution Saba-Centra pour faire des classes virtuelles. Pour découvrir cette solution, aller sur le didacticiel pour voir de quoi il s’agit : la plateforme permet de faire des classes virtuelles, des e-réunions.

Cette expérimentation a surtout mis en évidence des problèmes d'infrastructure, d'équipement, de bande passante et de gestion des règles de sécurité pour pouvoir participer à une classe virtuelle depuis le site de La Défense du ministère (pas de micro ni de web cam sur les postes, par exemple).

Il y avait déjà beaucoup de raisons d'installer largement des technologies vidéo dans le ministère
pour multiplier les réunions à distance (il y a déjà bien sûr quelques salles de vidéoconférence) , mais cela ne s'est pas fait jusqu'à présent : la politique de e-formation, en prévoyant qu'elle recourra massivement à des modules intégrant des éléments de vidéo et à des classes virutelles, sera-t'elle la nouvelle occasion à ne pas manquer pour généraliser les technologies de conférence web ?

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Je suis responsable d'une formation niveau Master II et constate que les responsables attitrés de la e-formation universitaire devraient commencer par s'instruire en lisant vos "nouvelles"

François Godlewski a dit…

Lors de la matinée "Outil-auteur + plateforme = e-formation dans les écoles des Douanes" (voir cet article du 8 octobre sur ce blog), j'ai noté un propos de Philippe Delanghe, directeur chez le prestataire de l'outil-auteur "atelier e-learning" de U&I Learning : les universités et grandes écoles n'ont pas du tout recours aux mêmes technologies de e-formation que les entreprises.
Il y a certainement des raisons budgétaires (coût des licences) mais sans doute aussi des raisons plus profondes (l'ensemble de la situation est différente).
On peut cependant souhaiter que les vendeurs de solutions comme Adobe, Sonic, Saba-Centra, ... sponsorisent l'équipement des établissements d'enseignement supérieur (comme le fait Microsoft dans son offre Education), ne serait-ce que parce que les futurs diplômés seront des porteurs de l'introduction de la e-formation dans les organisations qui les emploieront. Cela introduirait de la diversité dans l'offre des cellules TICE, et leur éviterait de réinventer des solutions avec les moyens du bord.

Vincent Bellais a dit…

Bonsoir,

Je viens de découvrir votre blog. J'y reviendrai, c'est certain !
Je travaille à Nancy-Université Formation Continue qui dispense, depuis bientôt 10 ans, une formation à distance "préparation à l'entrée en école d'ingénieur". Nous avons utilisé pendant de nombreuses années Echange Conferencing Server pour nos rendez-vous synchrones (partage de tableau blanc). Depuis septembre 2008 nous avons la chance de bénéficier de la solution Adobe Connect version 7 (permettant de faire des sous-groupes ; ce que ne proposait pas la version antérieure). C'est réellement un superbe outil apprécié des tuteurs et des stagiaires.

Bonne continuation.