vendredi 24 octobre 2008

Nos étudiants sont dans face-book : et nous ?

Les réseaux sociaux dans l'apprentissage et l'enseignement dans le supérieur, vous connaissez ? Peut-être pas ! Voici deux occasions de vous faire une idée plus précise :
Plus de la moitié des nouveaux élèves de l'université de Leicester a utilisé Facebook pour se faire des contacts avant la rentrée. Les enseignants parient aussi sur les vertus pédagogiques de ces réseaux.
(pendant le séminaire de l'AMUE, hier également : "TICE et e-pédagogie - La nouvelle frontière de l'enseignement supérieur : moderniser l'enseignement ou enseigner autrement ?", dont les images sont déjà sur Canal-U.)

Ce séminaire est réuni à l'occasion de la sortie de l'ouvrage publié par l'AMUE "e-pédagogie à l'université : moderniser l'enseignement ou enseigner autrement ? ". Les articles de Sophie Pene sur le sujet y sont fléchés par des liens : Les universités SONT des réseaux sociaux !

Voir les pages sur le site de l'université de Leicester :
et l'article de l'Atelier BNPParibas :

Si Facebook ne sert plus exclusivement à faciliter la mise en relation des étudiants de Harvard, c'est encore la meilleure manière pour les nouveaux entrants dans la plupart des universités de préparer leur rentrée. Tel est le principal enseignement d'une étude menée par des chercheurs de l'université de Leicester et intitulée "The Facebook Project".

Ces derniers se sont penchés sur l'utilisation par les étudiants en première année du réseau éponyme à des fins d'intégration. Leurs résultats sont sans appel : plus de la moitié de ces élèves se sont inscrits sur le groupe Facebook de l'université avant même d'avoir fait leur rentrée scolaire pour s'y faire des amis. Selon Jane Wellens, l'une des responsables du projet, "il est clair que Facebook est un liant hors pair pour permettre aux élèves de s'habituer à une nouvelle vie académique. Il s'annonce également comme un bon support pour améliorer la qualité de l'enseignement."


Améliorer l'accueil des élèves

Un tiers des personnes s'est en effet montré favorable à l'idée d'utiliser le réseau social pour parler régulièrement de son travail universitaire avec ses pairs. Près de la moitié des nouveaux étudiants désapprouve toutefois l'idée de pouvoir être contacté sur Facebook par ses professeurs et ses tuteurs.

Autrement dit, si les universités veulent se servir des réseaux sociaux pour communiquer elles-mêmes avec leurs élèves à des fins pédagogiques ou administratives, elles doivent rester prudentes. "Les jeunes se servent principalement de Facebook comme d'un outil de sociabilisation et la plupart d'entre eux veut conserver ce côté fun et informel. Ils craignent le mélange des genres entre vie affective et enseignement".


Sociabilité vs enseignement

Les professeurs ne doivent donc pas espérer transformer trop radicalement les réseaux sociaux grand public. C'est sans doute la raison pour laquelle l'université de Leicester a ouvert sa propre plate-forme communautaire. StartingUni est, comme son nom l'indique, un autre outil collaboratif d'intégration, avec podcasts, forums etc. Ce site pourrait par la suite servir de support à des enseignements en ligne. Les élèves sont prévenus dès qu'ils s'y inscrivent qu'il s'agit bien d'une plate-forme universitaire.

Pour le moment, c'est malgré tout Facebook qui garde les faveurs des élèves : la quasi-totalité des étudiants non encore inscrits avant la rentrée sont devenus membres du réseau sitôt celle-ci effectuée, que ce soit des anciens et nouveaux étudiants ou des membres du personnel de l'université.

1 commentaire:

stéphane wattier a dit…

L'université Claude Bernard Lyon I développe un usage similaire de Facebook. Voir la présentation qu'en fait C. batier dans cette vidéo tournée à la CCIP.